Les vents du Narbonnais

Les deux principaux vents audois sont le Cers et le Marin.

La rose des vents du massif de la Clape

La rose des vents en Narbonnais
La rose des vents en Narbonnais

Le Narbonnais est un pays de vents, soumis principalement au Cers, vent de terre, violent venant du secteur Ouest Nord-Ouest et sa contrepartie, le Marin, vent de mer comme son nom l'indique, venant du secteur Est, Sud-Est.

On rencontre aussi de façon plus épisodique, le Grec (l'Aquilon) venant de la mer du Nord-Est annonciateur de pluie, le Labech (OSO), et le vent chaud d'Espagne venant du Sud.

Le Cers souffle environ 270 jours par an avec des rafales pouvant atteindre 120 km/h. Froid en hiver, chaud en été, toujours sec, il chasse les nuages vers le large et amène le beau temps.

Le Marin, plus régulier, amène humidité et brumes côtières.Il est souvent accompagné de fortes pluies.

Ethymologie du Cers

  • Cercius, IIe av. JC (Caton l'Ancien Les Origines, VII)
    Circius, Ier siècle av. JC (Vitruve)
    Circius, Ier siècle apr. JC (Sénèque, Pline)
    Circius, IIe siècle apr. JC (Aulu-Gelle)
    Circio, IX-XVIe
    Cyerce, XVIe (Rabelais)
    Cers, à partir du XVIIe siècle

Le nom de Cers vient du latin Circius, désignant le dieu pour lequel les romains auraient construit un temple sur les hauteurs de la colline de St Cyr (entre Ouveillan et Sallèles d'aude à environ 10km de Narbonne au NO) suite à la visite de l'Empereur Auguste à Narbonne. Aucun vestige n'a cependant été trouvé mis à part les restes d'un aqueduc qui passe au bas1.

Sur l'origine du mot Circius, deux hypothèses s'affrontent; dans la première, il serait issu du grec, kirkios qui signifie tourbillon (Isaac Vossius, XVIIe s.), tandis que dans la seconde, l'origine serait celte cyrch qui signifie violence, impétuosité ( W. Camden, P. Merula XVIIe s.).

Atout(s) vent : Cers et Marin - La Narbonnaise Méditerranée on Vimeo.

Le Cers dans les écrits anciens

Caton l'Ancien, Les Origines, VII: (texte original)
"Le vent Cercius s'engouffre dans la bouche quand on parle. Il est si violent qu'il ébranle un homme armé et même un chariot chargé."
IIe siècle av. J.C.
Vitruve, De l'architecture, Tome I,6:
(texte original)
"C'est pourquoi à droite et à gauche de l'auster soufflent ordinairement le leuconotus et l'altanus ; aux côtés de l'africus, le libonotus et le subvesperus ; aux cotés du favonius, l'argeste, et les étésiens, à certaines époques ; aux cotés du caurus, le circius et le corus"
Ier siècle av. JC
Favorinus, in Aulu-Gelle:Les Nuits Attiques II,6 (IIe siècle apr. JC):
(texte original)
"Nos Gaulois, par exemple, appellent Circius le vent qui souffle chez eux; ce nom vient problablement de la violence et de l'impétuosité de ses tourbillons."
Ier siècle av. JC
Sénèque, Questions naturelles, Livre V, XVII:
(texte original)
"L'Atabulus tourmente l'Apulie, l'Iapyx la Calabre, le Sciron Athènes, le Catégis la Pamphylie, le Circius la Gaule. Bien que ce dernier renverse même des édifices, les habitants lui rendent grâces ; ils croient lui devoir la salubrité de leur ciel. Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'Auguste, pendant son séjour en Gaule, lui voua un temple qu'il bâtit en effet."
62 ap. JC
Pline l'Ancien Histoire Naturelle Livre II, XLVI:
(texte original)
"Dans la Narbonnaise, il est un vent très célèbre, le Circius, qui ne le cède en violence à aucun, et qui la plupart du temps porte à Ostie en droite ligne, à travers la mer de Ligurie. Non seulement il est inconnu dans les autres contrées, mais même il ne se fait pas sentir à Vienne, ville de la même province : à peu de distance, ce vent si terrible est arrêté par l'interposition d'une chaîne de médiocre hauteur."
publié vers 77 ap. JC
Rabelais: Pantagruel
"Ce bon vent du Languegoth que l'on nomme Cyerce! Le noble Scurron, médicin, passant un jour par ce pays, nous contoit qu'il est si fort qu'il renverse les charrettes chargées."
1532
Pèire Godolin: Las obras, le Ramelet Moundi, chant Royal (Cant rouyal)
(texte original)
"Quand le ciel en plein jour se couvre de nuages
Que le Cers et l’Autan s’affrontent l’un et l’autre."
XVIIe siècle

Si tous s'accordent sur la violence et l'impétuosité du Cers, Vitruve précise sa direction, en le plaçant entre le favonius (Vent d'Ouest) et le caurus (vent de Nord-Ouest), soit en général sa direction prédominante (Ouest-Nord-Ouest).

Les vents en tant que confronts au Moyen-Âge

  • Saint-Pierre del Lec
  • Nord
    de aquilone in recho vocato valle marchia (Ruisseau de Doms) qui descendit de monte qui dicitur seu vocatur Cerna Megayra,
  • Sud
    de meridie in via que transit per medium bastide de Mojano (Moujan) quod venit de mari apud Narbonam,
  • Ouest
    de circio in stanno vocato Sals, (étang salin)
  • Est
    de altan in camino qui venit de Ermissano (Armissan) apud Narbonam.

Les vents ont été aussi utilisés pour indiquer les confronts d'un territoire, d'une parcelle de terre ou d'une habitation, parce qu'ils étaient connus de tout le monde. Ainsi le terroir de Saint-Pierre del Lec (Armissan) dans la Clape est défini de la manière suivante au IXe siècle (Circio désignant ici le Cers et donc l'Ouest, et Altan, un vent de haute-mer, le marin et donc l'Est).

Le Cers en tant que confront reste prédominant tout au long du Moyen-Age.

Au XVIIe siècle dans les archives municipales de Narbonne, on peut ainsi lire:
"du vent de Cers et acquillon, et du costé de marin et midy jusques aux terroirs de Val-de-Galbe, ..." (1612)
"Bail consenti au sieur Boussounel pour les travaux de fermeture de la brèche qui s'est formée au côté cers (ouest) du canal de la Robine, près de l'Ardailhon." (1699)

On trouve aussi au XVIe siècle, le terme Ponent au lieu et place du Cers, pour désigner l'Ouest, le couchant.

Altan (du latin altanus, vent haute mer): Ventus qui pelagi, Altamus vocatur.
Maurus Servius Honoratus (IVe siècle)
Ce qui donnera par la suite le nom "vent d'Autan" pour indiquer la direction.

Le nom Circius avant le Cers

Avant de désigner un vent local, le nom Circius avait déjà été utilisé par Timosthènes de Rhodes vers 282 avant JC. Il est le premier à mettre en correspondance la direction du vent (localisation géographique par rapport à Rhodes) et les peuples qui y habitent dans sa rose de douze vents. Ainsi le vent Thrascias, en grec θρακίας (en latin Circius) de direction NNO se rapporte au peuple Celte.

Les Vents dominants

Modélisation des vents
Modélisation des vents
Modélisation du Cers source Earthwind
Modélisation du Cers source Earth Wind
Votre navigateur ne supporte pas les fichiers au format svg

Si la direction prédominante du Cers est l'ONO (rhumb 27), elle peut varier de part et d'autre ce qui a conduit à dénommer ces directions "Hypocircius" (rhumb 28) et "Mesocircius" (rhumb 26).

Rose des Vents 1766 © BNF
Rose des Vents 1766 © BNF

Pour le Marin, le rhumb est l'ESE (11).

La Tramontane et pas le Cers

  • tramontaine, 1265 (Brunetto Latini, li Livres dou Tresor)
    tremuntana/tramontana, 1276 (Raymond Lulle, le livre de contemplation de Dieu)
    tramontana, 1298 (Rustichello de Pise, le devisement du monde)
    tramontaine, 1328 (anonyme, l'entrée d'Espagne)

Bien que l'origine du nom Tramontane soit plus récente que celle du Cers, (il apparait pour la première fois dans les écrits au XIIIe siècle) il est communément utilisé de nos jours pour désigner tout vent soufflant de la terre vers la mer sur la côte languedocienne.
Nombreux sont ceux qui s'élèvent contre l'omniprésence de l'utilisation de la Tramontane au détriment celle du Cers, soulignant l'identité perdue et l'histoire oubliée.

Une nature marquée par le vent

Pin penché sur l'île de Saint-Martin.
Pin penché
Combe Espesse | Île de Saint-Martin

La végétation

La nature est soumise à la force du vent qui imprime sa marque particulièrement sur les arbres dont les troncs sont penchés selon une inclinaison vers le secteur E - SE. Le développement des branches est aussi moins important sur le côté exposé au vent.

L'arbre penché et son développement asymétrique
L'inclinaison des arbres: Oeil de Ça, Sigean.
Oeil de Ça | Sigean
L'inclinaison des arbres: le Mour, Peyriac de Mer.
le Mour | Peyriac de Mer
L'arbre penché et son développement asymétrique: Chapelle des Auzils, La Clape.
Chapelle des Auzils | La Clape
L'arbre penché et son développement asymétrique: Foncaude, Gruissan.
Foncaude | Gruissan

Les plages

La plage des Ayguades envahie par la mer lors des tempêtes.
La plage envahie par la mer lors des tempêtes
Plage des Ayguades | La Clape

Lors des tempêtes, le Marin participe à la submersion des plages, comme ci-dessus sur la plage des Ayguades, la recouvrant entièrement jusqu'à la digue.