Viticulture, agriculture et pastoralisme: les fermes, métairies, bergeries et autres bâtiments anciens du massif de la Clape | Commune d'Armissan

Introduction

Cet inventaire des fermes, bergeries et autres bâtiments anciens, abandonnés, en ruines ou non de la commune d'Armissan dédiés à la viticulture, à l'agriculture ou au pastoralisme, donne un aperçu de l'occupation des territoires et de l'évolution au cours des siècles. La partie concernée du massif se situe entre le canal de Sainte-Marie à l'Est et le plan de Roques à l'Ouest.

  1. La campagne d'Armissan dans les années 1915
    Vue sur le Tancre du moulin, Largelle et les Clottes

    NO

    Le village d'Armissan dans les années 1915
  2. La campagne d'Armissan dans les années 1930
    Vue sur le Pech Luna et les Clottes

    NNE

    Le village d'Armissan dans les années 1930
  3. La campagne d'Armissan dans les années 1950
    Vue sur le Pech Luna et le Gourg de Goundy

    NNE

    Le village d'Armissan dans les années 1950
  4. La campagne d'Armissan dans les années 1960
    Vue sur les moulins de Catou et de Rossignol

    NO

    Le village d'Armissan dans les années 1960
  5. La campagne d'Armissan dans les années 1990
    Vue sur la combe Louvière et le plan de Roques

    E

    Le village d'Armissan dans les années 1990

Ce territoire dont une partie est au IXe siècle celui connu sous le nom Saint-Pierre Del Lec dont les limites sont décrites de la manière suivante:

  • Nord
    de aquilone in recho vocato valle marchia (Ruisseau de Doms) qui descendit de monte qui dicitur seu vocatur Cerna Megayra,
  • Sud
    de meridie in via que transit per medium bastide de Mojano (Moujan) quod venit de mari apud Narbonam,
  • Ouest
    de circio in stanno vocato Sals, (étang salin)
  • Est
    de altan in camino qui venit de Ermissano (Armissan) apud Narbonam.
Le territoire concerné © IGN
Le territoire concerné © IGN

Classification des bâtiments et habitations

  • Ferme: Ensemble des bâtiments d'un domaine viticole ou de cultures.
  • Bergerie: Bâtiment pour le logement des ovins.
  • Cabane: Bâtiment non lié principalement à la culture des terres (ex. cabane de pécheurs de Gruissan, habitation de la cabane du Chinois).

L'implantation des bâtiments définit la fonction: les fermes construites à proximité des sources ou des ruisseaux sur des terrains propres à la culture et les bergeries situées à proximité des sols plus secs et arides propres à l'élevage. En l'absence d'information, la construction est classée "ferme".

Localisation

  • Exacte: la localisation des bâtiments est connue exactement.
  • Approchée: l'existence de bâtiments a été décrite dans des documents, et le secteur a pu être identifié, mais la localisation exacte n'a pu être vérifiée.
  • Inconnue: l'existence de bâtiments a été décrite dans des documents mais le secteur n'est pas connu.

La localisation peut parfois s'avérer compliquée, les sources anciennes étant vagues et imprécises. Dans le cas de bâtiments existants de nos jours, le principal point est de savoir s'ils occupent la même place qu'à l'origine. Lorsqu'un doute existe, la localisation est dite approchée. Dans d'autres cas, l'information se confond avec le toponyme qui lui-même peut avoir disparu, rendant par cela la localisation difficile. Elle est alors dite inconnue.

Le massif de la Clape et la commune d'Armissan

Votre navigateur ne supporte pas les fichiers au format svg

Le massif de la Clape s'étend sur les communes de Gruissan, Narbonne, Fleury, Armissan et Vinassan. Sur la commune d'Armissan, les constructions se répartissent principalement le long du rec de la Mayral (de l'occitan rec Mayral: ruisseau maternel, lit principal d'un ruisseau), de Cazeneuve au plan de Roques et le long de l'ancien étang Salin.

Les origines occitanes des noms de fermes

Nom actuel ou ancienSignification Classification
Lou Rouquie (Grange-Neuve)Roc, rocherpaysage
Val Longua (Combe-Longue)Vallée allongéePaysage
Lort de SastieCulture (hortus = jardin potager)activité
RamadeLieu d'estiveactivité
Troumillaret (bergerie de Bringaïret)Trou de Milheres (Aven de Milheres)Paysage

Les noms des fermes peuvent dériver du lieu-dit, l'inverse étant aussi possible, ou du nom des propriétaires. Pour les toponymes, leurs origines sont diverses et font référence par exemple à un élement du paysage existant ou disparu (Lou Rouquie, Combe-Longue, ...) ou à une activité passée (Ramade, ...).

Sur les cartes ou textes anciens (XVIIIe siècle), des variations des noms peuvent être rencontrées (ex. Troumillaret, Ramade,...).

Votre navigateur ne supporte pas les fichiers au format svg

Les Moulins d'Armissan

Il reste actuellement 3 moulins à Armissan (le moulin Bas, le moulin de Catou et le moulin de Rossignol) dont le plus ancien date de la fin du XVIIIe siècle (1799).

La campagne d'Armissan et le moulin de Rossignol dans les années 1915
Le village d'Armissan et le moulin de Rossignol dans les années 1915
La campagne d'Armissan et les moulins dans les années 1960
Le village d'Armissan et les moulins dans les années 1960

Dans le Livre de Raison (Registre de comptabilité domestique tenu par le père de famille comportant également des notations à caractère familial ou local) d'un bourgeois d'Armissan, il est fait référence à un moulin à vent en 1727. Cette existence est aussi confirmée sur les cartes de cette période, celle de Cassini le classant comme moulin en bois. Il n'est mentionné que sous le nom de moulin d'Armissan.

L'ancien moulin en bois d'Armissan © BNF

Les fermes oubliées du terroir d'Armissan

Que ce soit dans le dictionnaire topographique de l'Aude par l'Abbé Sabarthes ou sur la vue figurée de la carte de l'île del Lec de 1548, on trouve des fermes et des bergeries entre le débouché du ruisseau Mayral et la combe des Couleuvres, dont la trace se perd ensuite. Ainsi, elles n'apparaissent plus sur les cartes des XVII-XVIIIe siècles.

L'étang Salin - carte de l’île del Lec (1548). AM Narbonne DD non côté. ©Kojima Mina, 2012.