La chapelle Notre-Dame des Auzils

Paysages de la montagne de la Clape 

  • La chapelle des Auzils XIe siècle
  • chapelle rurale et lieu-dit au terroir de la Clape
    commune de Gruissan
  • Prieuré, 1080
    Sancta Maria de Sauzillis, 1248
    Sancta Maria des Auxils, 1256
    Ecclesia Beate Marie dels Auzils, 1344
    Nostra Dona dels Auzils, 1537
  • Ausils (Nostro-Damo Dels), (lat. Auxiliorum), nom sous lequel Notre-Dame de Bon-Secours est honorée à Gruissan
    Lou Tresor dóu Felibrige, Frédéric Mistral, 1879
La chapelle Notre-Dame des Auzils et son environnement dans les années 1950-60, le cirque et le roc Notre-Dame sur la droite, et au fond la colline de Saint-Obre
La chapelle Notre-Dame des Auzils et son environnement dans les années 1950-60, le cirque et le roc Notre-Dame sur la droite, et au fond la colline de Saint-Obre.

L'entrée de la Chapelle

Les inscriptions du pas de la porte
Les inscriptions du pas de la porte
L'ancre sculptée sur la clef de voute
L'ancre sculptée sur la clef de voute

La dalle de la porte d'entrée est le plus ancien ex-voto identifié. Faisant référence à l'année 1743, il est donc anterieur aux évènements tragiques de 1797 qui marquèrent la consécration de la Chapelle et de la Vierge protectrice des marins.

Une inscription est visible sur la dernière marche de l'escalier: 1867.

Une ancre sculptée sur la clef de voute de l'entrée tout en rappellant la nature marine du lieu, symbolise l'espérance.

L'intérieur de la Chapelle

La nef et le choeur de la Chapelle en 1950
La nef et le choeur de la Chapelle en 1950
La nef et le choeur de la Chapelle de nos jours
La nef et le choeur de la Chapelle de nos jours

La nef

La nef à quatre travées est surmontée d'une charpente apparente soutenue par des arcs massifs dont on aperçoit à l'extérieur, les contreforts typiques des églises à nef unique simple.
Des tribunes en bois étaient situées sur les côtés. Fortement abimées par les termites, elles ont été détruites en 1978.

La tribune

La tribune est surélevée pour compenser les irrégularités du sol et la présence de rochers. Au dessus des fonts baptismaux, les vitrines exposent les modèles réduits de navires.

Le choeur

Le choeur de la chapelle tel qu'il est de nos jours date de la fin de la première moitié du XIXe siècle (1848) comme il était indiqué sur la clef de voute à l'entrée du choeur.

La Vierge à l'Enfant

La statue de Notre-Dame des Auzils
La statue de Notre-Dame des Auzils

Dans le choeur de la chapelle, l'autel est surmonté d'un rétable à quatre colonnes en marbre rose de Caunes-Minervois (comportant une niche dans laquelle est installée la statue de la Vierge Marie (Notre-Dame des Auzils). Cette statue très colorée, de part la façon dont elle est sculptée, semble provenir d'un haut-relief qui n'a pas pu être identifié.

On retrouve ce même marbre de Caunes-Minervois sur les colonnes du rétable de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Gruissan.

Les vitraux d'Henri Guérin

A l'origine, en mars 1967, 8 vitraux créés par Henri Guérin avaient été posés dans la chapelle, trois dans le choeur et 5 sur le mur sud. Il n'en reste actuellement plus que deux situés dans l'axe de la chapelle, le premier dans le choeur et le second dans la tribune7.

Les couleurs du vitrail I du choeur de Notre-Dame des Auzils
Les couleurs du vitrail I du choeur
Essai sur les positions des vitraux d'Henry Guérin.

Lors des travaux de réfection des années 80, l'ouverture n°8 avait été condamnée.

Vitraux II et III du choeur de Notre-Dame des Auzils
Vitraux II et III du choeur de Notre-Dame des Auzils

Le choeur fin 1970 début 1980. On distingue les vitraux II et III qui ont disparus depuis. On remarquera aussi le plafond particulier du choeur composé d'étoiles au centre de chaque carreau.

De la maquette au vitrail

  • Les maquettes de vitraux présentées ci-dessous sont publiées avec l'aimable autorisation du fonds d'archives Henri Guérin
    (http://henri-guerin.com/)

Les maquettes permettent de se rendre compte du travail de conception d'Henri Guérin et de donner vie aux vitraux disparus

 Par leur sobriété, ils sont représentatifs des vitraux de petit format dont nous avons constaté une évolution parallèle à ceux de grandes dimensions. En effet, dans ces vitraux étroits, l’armature centrale prend une allure linéaire et la composition plus libre peut jouer uniquement sur les verres. Réalisés à la suite de ceux de l’église Sainte-Bernadette de Narbonne, ils sont dans le même esprit que la verrière du baptistère par la finesse de leurs éléments de ciment triangulés qui évoquent de légères ramures et leur coloration très claire, de bleus pour celui de la nef et d’ocres pour celui du chœur.
Exposition Henri Guérin Jeux de lumière Galerie Phare Sud Gruissan 2013 dossier de présentation
Maquette Vitrail Dimensions
I Maquette non retrouvée Vitrail n°I 45x150
II Maquette non retrouvée Vitrail disparu 75x140
III Maquette n°III © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail disparu 75x140
IV Maquette n°IV © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail disparu 55x145
V Maquette n°V © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail disparu 50x150
VI Maquette n°VI © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail disparu 55x160
VII Maquette n°VII © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail disparu 55x135
VIII Maquette n°VIII © fonds d'archives Henri Guérin (<a href='http://henri-guerin.com/' target='_blank'>http://henri-guerin.com/</a>) Vitrail n°VIII 50x160
La chapelle vers 1970. Les vitraux VI, VII et VIII d'Henri Guérin sont visibles
La chapelle vers 1970. Les vitraux VI, VII et VIII d'Henri Guérin sont visibles

Les deux têtes: fragment d'un modillon?

Les deux têtes
Les deux têtes

Situées sur le mur sud entre une niche et la petite ouverture, perdues au milieu des tableaux, ces deux étranges têtes humaines encapuchonnées émergent de la paroi. Selon certaines sources, elles dateraient de l'époque médiévale et pourraient avoir appartenu à un édifice plus ancien ou à une partie plus ancienne de la Chapelle. En effet, il n'est pas rare dans ce type de construction, à l'occasion de travaux d'agrandissement ou de modifications, d'avoir un remploi d'éléments architecturaux.

La fenêtre romane
La fenêtre romane

A l'occasion des travaux sur les boiseries dont une partie avait été rongée par les termites (1978), il fut découvert une fenêtre romane qui daterait de l'église primitive (XIIIe siècle).

Les Ex-Voto

Une partie des ex-votos d'origine (< 1967)
Le mur Nord et les Ex-voto peints
Le mur Nord et les Ex-voto peints en trompe l'oeil
Le mur Nord et les Ex-voto peints
Le mur Nord et les Ex-voto peints en trompe l'oeil
Le mur Nord et les Ex-voto peints en trompe l'oeil
Ex-voto peint en trompe l'oeil sur le mur Nord
Ex-voto B. Azibert, peint en trompe l'oeil sur le mur Nord.
L'original datait de 1843 (ref. PM11002199)
  • Inscription : Voeu fait par Mr Barthélémy Azibert armatr de la Bombarde Baptilde et Aspasie, naufragé sur la jettée de la rivière l'Hérault le 30 avril 1843 à 6h. Du matin (ayant perdu le mousse).

Les Ex-Voto2 sont partout présents dans la chapelle et tapissent les murs, s'accrochent au plafond ou s'exposent dans les vitrines. Aucun espace ne semble vide et ce quelque soit l'endroit que l'on regarde.

Si les voeux n'etaient pas à l'origine du sanctuaire, ils devinrent plus fréquents dès la fin du XVIIIe siècle à la suite du naufrage du 28 février 1797.

En 1967 la chapelle fut pillée et la cinquantaine d'Ex-Voto dérobés fut reconstitué de mémoire et d'après des photos en trompe l'œil sur les murs lors de la restauration en 19813.

La cloche de la chapelle

La cloche
La cloche

Nouvelle cloche de la chapelle datant du premier quart du XIXe siècle (en relation avec les travaux d'agrandissements).

Elle a été forgée en 1810 et comporte sur sa robe l'inscription:
DER HER VON NAGLER
CAP + P + WINTER
Elle sera classé objet historique en 1943.

Sur les photographies du début du siècle, la cloche était positionnée à l'arrière de la chapelle (tribune). Elle sera déplacée au dessus du choeur à l'occasion des travaux de rénovations après 1978.

Chapelle des Auzils vers 1930, la cloche est située côté tribune
Chapelle des Auzils vers 1930, la cloche est située côté tribune.