L'île de Saint Martin, une île aux multiples facettes

Les Paysages de la Clape

Impressions

Al Pech de Sant Martin, 1537
L'Isle, 1781

Prolongement sud du massif de la Clape dont elle est séparée par la lagune de Gruissan et la plaine de Mandirac peuplées de plantes halophiles ?, l'ile de Saint-Martin, de par son histoire, offre un paysage original aux multiples facettes: les salins à l'est, le site antique de Saint-Martin le Bas, les calanques abruptes de la barre de l'Evêque à l'ouest, le rivage lagunaire de la pointe de la Grève au sud.

Une île

Les îles du Narbonnais à l'époque Romaine
Les îles du Narbonnais à l'époque Romaine

Le caractère insulaire était bien présent au début de notre ère. L'île de Saint-Martin fait partie de l'ensemble décrit par Avénius (poète latin du IVè siècle) dans "Ora Maritima" sous le nom des îles Piplas (Saint-Martin, Sainte Lucie, les Pechs de Gruissan et l'île de la Clape - insula Lecci: île du Lac).

Non loin de ce golfe qui creuse ainsi le rivage,
s'en ouvre un autre, et quatre îles
(une ancienne tradition n'en indique que trois)
sortent du milieu de la mer.
La nation des Élésyces occupait autrefois ces lieux,
et la ville de Narbonne était la capitale considérable de ces peuples indomptés.
Là le fleuve Attagus se décharge dans la mer;
on trouve auprès le marais Hélicé.

Ora Maritima | Avienus, Rufus Festus
v. 583-591 après J.C.

L'embouchure de l'Aude: Goule d'Aude

  • Goule d'Aude
    ancienne embouchure de la rivière Aude dans l'étang de Gruissan.
  • Gola d'Aude, 1221
    Ad Gulam Atacis, 1329
    Gule d'Aude, 1293-1639

Goule d'Aude est le nom générique désignant l'embouchure de l'Aude qui s'est maintes fois déplacée au cours de notre ère. Au XIVe siècle, suite à la crue de 1316, l'embouchure de l'Aude se déporte vers le Nord de l'île de Saint-Martin sans que l'on connaisse exactement l'emplacement. Cet endroit était donc appelé Goule d'Aude et permettait un accés vers Gruissan et le grau du Grazel.

Géologie

Carte géologique © BRGM
Carte géologique © BRGM

L'île de Saint-Martin présente principalement trois zones distinctes:

  • A l'Ouest la partie la plus ancienne: La barre de L'Evêque et les combes Pierrasse et Espesse: Barrémien Supèrieur - Bédoulien inférieur (-124Ma à -119Ma)
  • Au centre de l'ile la coupant en deux du Nord au Sud: L'Estagnol, le Gabirou et le ruisseau de Saint-Martin: Bédoulien supérieur (-119Ma à -117Ma)
  • A l'Est, en bordure des salins: Gamare, Penelle et la Fontaine: Gargasien (-117Ma à -115Ma)

Echelle des temps Ile de Saint-Martin (Ma)
Echelle des temps Ile de Saint-Martin (Ma)

On peut observer à la barre de l'Evêque (dune de l'Evêque, Vide Gouget, ...), au site de Granies (carrières) au sud de Gamare, au Galinat et aux Pujols, des gisements caractéristiques des milieux marins chauds, attribués à l'Eutyrrhénien1 (-150000 av. JC - Quaternaire marin Mx).

Les grottes de la Combe de l'Abeille
Les grottes de la Combe de l'Abeille

La partie Ouest est trés peu faillée. C'est donc principalement dans la zone Est (barre de l'Evêque et combe Pierrasse et Espesse) que se concentre la majorité des failles.

On y trouvera en particulier, les principales grottes (grotte du fond, ...) et avens (aven de la Jasse (de la Bergerie), aven des deux Marmites, ...) autour de la combe de l'abeille et aux falaises de la barre de l'Evêque (grotte du Chinois, grotte du Chinois II, ...).


➡︎ Grottes et gouffres du massif de la Clape

Liste des cavités de l'île de Saint-Martin

Lorsque la localisation de la cavité est incertaine ou non vérifiée, les coordonnées précises peuvent ne pas être fournies. Dans ce cas, la vignette de la cavité comporte le signe ⚠ dans le coin inférieur droit.

Les sites archéologiques

Au fil des ans, l'intérêt archéologique pour l'île de Saint-Martin n'a cessé d'augmenter. Principalement occupée depuis le IIe siècle av. n.e. de part son positionnement (dernière escale vers le Sud avant celle de Leucate, porte d'entrée du complexe portuaire romain dans le Lac Rubrassus), ce sont six sites archéologiques qui ont été identifiés:

  • Le plus important: Saint-Martin le Bas
  • Saint-Martin le Haut
  • les Pujots
  • Penelle
  • Galinat
  • l'Evêque

Habitats

1976: Photographie IR de l'île de Saint-Martin mettant en évidence les habitats (vignes, garrigues et zones halophiles) © IGN
1976: Photographie IR de l'île de Saint-Martin mettant en évidence les habitats (vignes, garrigues et zones halophiles) © IGN
Les Paysages de l'Ile de Saint-Martin
Les Paysages de l'Ile de Saint-Martin

On peut distinguer quatre types d'habitat:

  • Les vignes qui occupent principalement les combes marno-calcaires du Bédoulien (Les Pujols, L'Estagnol, le Gabirou,...) et celles des moyennes terrasses du Pléistocène supérieur (combe de l'Abeille, Penelle,...).
  • La garrigue de la barre de l'Evêque, de Pierrasse et de Penelle
  • Les zones halophiles de la berge Est de l'étang de Campignol, du Gassot, de Gamare et des salins
  • et d'origine plus récente, les pineraies de la combe Espesse, du nord de celle de l'Abeille, de la Fontaine et de la Clotte.

Les salins de l'île de Saint-Martin

Les partènements

Les salins occupent toute la facade Est de l'île. L'exploitation a commencé au XXe siècle en 1910.
Il est fait mention en 1830 d'une vente de terrains comprenant des marais salants "La portion concernant des Salangs et joncasse" (lieu dont la végétation est composée de joncs et de roseaux) sans que l'on puisse affirmer l'existence d'une exploitation du sel.

Localisation des sites

L'ile de Saint-Martin © IGN
  • More

    Les Goules

    A l'extrémité Ouest de l'ile de Saint-Martin, la grève sauvage de l'étang de l'Ayrolle, les grottes et les combes de la barre de l'Evêque.

    Suite

    Close
  • More

    Le grau de la Vieille-Nouvelle

    A la rencontre du dernier grau naturel et permanent de la Narbonnaise en traversant le vieux salin

    Suite

    Close
© IGN

Gallerie photos

En images, ce que vous pouvez découvrir.

Pour en savoir plus

1. J. Barrieres: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire Year 1966 Volume 3 Issue 4 pp. 251-283 Le rivage tyrrhénien de l'étang de Bages et de Sigean (Aude)
2. Ambert Paul. Les formations littorales pléistocènes du Languedoc [Pleistocene shorelines of Languedoc]. In: Quaternaire, vol. 10, n°2-3, 1999. pp. 83-93;
3. Ma Clape: Chronologie des Salins du Narbonnais