Les lagunes de Mateille et des Ayguades

Paysages de la montagne de la Clape

Caractères & Intérêts du site
Archéologie Culture Architecture Nature

Impressions

L'étang de Mateille et le Canigou enneigé en Mars
L'étang de Mateille et le Canigou enneigé en Mars
  • Ayguades: Lieu-dit dérivé du mot Aiguade. Endroit ou on peut faire provision d'eau
    De l'ancien français aigue, issu lui-même du latin aqua.
  • Mateille: De l'occitan mata, ce mot désigne des terrains couverts de broussailles.

Au pied de la montagne de la Clape Orientale se trouve le système lagunaire de Mateille et des Ayguades, bordé à l'ouest par les falaises mortes de la Tintaine et de Pech Rouge (Pech vient du latin podium, petite hauteur, colline puis puèg en occitan.) au pied desquelles venait battre la mer à l'époque romaine1, et à l'est par le lido qui s'étend sur plus de 3 kms.

La première impression à la vue de cette étendue plate est une immense monotonie accentuée par la présence massive du Canigou et balayée par les vents. Tout semble inhospitalier partagé entre l'humidité et les embruns apportés par la mer en hiver et la sécheresse de l'été, et peu propice à une diversité faunique et floristique. Et pourtant à y regarder de plus près, de ce milieu à priori hostile emergent les oiseaux qui peuplent les berges, les échassiers qui s'arrêtent sur les étangs, la diversité et la richesse des plantes les ceinturant.

Une histoire de sable

Littoral de Mateille en 1962-1963 © IGN
Le littoral de Mateille en 1962: le grau de Mateille et la quasi absence de dunes © IGN

La côte est basse et sablonneuse, caractérisée par une plage très large (≃ 400 m au niveau de la digue). Le cordon littoral sépare la mer des étangs et est submersible par tempête. Le cordon dunaire est réduit. Dans les années 60, les dunes naturelles sont quasi absentes à l'exception de la partie nord de la rive est.

Aux abords de la digue construite dans les années 70, des dunes se sont developpées avec l'apparition d'une végétation pionnière.

A l'inverse de ce que l'on peut trouver au sud du rocher de Leucate, les sables fins et moyens dominent ici et présentent une proportion notable de carbonates5. La plage n'ayant aucune protection naturelle, c'est le Cers qui joue le rôle le plus important dans la transport du sable. A l'inverse du vent marin qui humidifie le sable par les embruns, le Cers l'asséche et le transporte au large.

Les laisses de mer

Haut de plage des Ayguades près de la Digue: Laisses de mer Haut de plage des Ayguades près de la Digue:
Laisses de mer

L'amplitude des marées reste faible (env. 20 cm). Ceci est du au fait que la méditerrannée est une mer fermée réduisant par la même l'influence de la lune et du soleil.
A la faveur des tempêtes (vent marin), la mer peut envahir l'ensemble de la plage déposant sur le haut et au pied de la digue les débris naturels.
Il n'est pas rare de trouver sur le rivage, ou au niveau des graus, profusion de bi-valves et gastéropodes typiques du littoral méditerranéen. Si tenilles et coques sont largement représentées, d'autres espèces plus rares sont à découvrir en faisant preuve de beaucoup d'attention.

Carte et tracés

Situation des étangs et de la plage
Situation des étangs et de la plage

L'étang de Mateille (tracé rouge)

Etang de Mateille entrée Nord

Sur la D332, entre Gruissan nord et Narbonne-plage, puis entrer dans la zone résidentielle des Ayguades. Le parking (Parking 1) se situe après le pont sur l'étang des Ayguades et possède un nombre limité de places.

Etang de Mateille entrée Sud

Sur la D332, à la sortie de Gruissan, prendre l'avenue des Plages. Le parking (Parking 3) se situe au bout de l'avenue prés de la jetée.

Le parcours emprunte la rive Est de l'étang de Mateille jusqu'au centre nautique et reviens par la plage.

  • Difficulté: facile - Durée AR: 2h - Distance: 5,5 km

L'étang des Ayguades (tracé vert)

Sur la D332, entre Gruissan nord et Narbonne-plage, puis entrer dans la zone résidentielle des Ayguades. Le second parking se trouve au bout de la route qui conduit au Grau des Ayguades.

Le parcours emprunte la rive Ouest de l'étang des Ayguades jusqu'au grau et revient par la plage.

  • Difficulté: facile - Durée AR: 1h30 - Distance: 3,6 km

Votre navigateur ne supporte pas les fichiers au format svg

Les plages des mouettes et des Ayguades. (le Lido de Mateille et des Ayguades)

Vue sur le Canigou depuis la plage des Ayguades
Vue sur le Canigou depuis la plage des Ayguades

Une vue sur 360°

La plage s'étend sur plus de 3 kms entre le Grau du Grazel (anciennement goule d'Aude) et le Grau des Ayguades et offre une vue étonnante lorsque le ciel est dégagé,

Points de vue
  • More

    Cap Creus

    Situé à 90 km à vol d'oiseau en direction SSE.

    Close
  • More

    Le Canigou

    Situé à 90 km à vol d'oiseau en direction SO. Altitude: 2784m.

    Close
  • More

    Mont Saint Loup: Agde

    Situé à 35km à vol d'oiseau. Altitude: 114m

    Restes d'un cône volcanique dont l'ancien emplacement du cratère est situé en mer. L'activité volcanique s'est étalée sur 250 000 ans pour se terminer il y 750 000 ans (pléistocène).

    Close
  • More

    La falaise de Leucate

    Situé à 24km à vol d'oiseau. Altitude: 61m

    Close

Les étangs de Mateille et des Ayguades

Le lido de Mateille: comparaison 1950 vs 2000 © IGN

Jusqu'aux années 70, il n'y avait qu'un étang celui de Mateille avec au Sud deux petits étangs annexes. Ensuite, le creusement du port de Gruissan et la création de l'étang artificiel des Ayguades ont profondément modifié la zone.
Le sable retiré de ces bassins artificiels ainsi que du chenal de la ZAC a été répandu sur les berges et a formé des dunes artificielles consolidées par la digue et sur lesquelles la végétation a pu s'implanter.

La mécanique des étangs.

Les échanges mer-lagunes: un équilibre fragile
Echanges mer-lagunes
Echanges mer-lagunes

Les étangs de Mateille et des Ayguades sont principalement alimentés par le port (via le chenal de la ZAC de Mateille). Les échanges directs avec la mer (submersion) sont limités par la digue sur la partie sud des Ayguades et le complexe résidentiel sur la partie nord. Le grau artificiel des Ayguades étant ensablé depuis les années 2010, il n'y a plus d'échange sur la partie nord des étangs. ➡︎ Les graus de la Narbonnaise

L'apport en eau douce s'effectue principalement par les deux recs de la Tintaine et de l'oeil de Pal (souvent à sec), par l'approvisionnement du bassin versant et par les précipitations, ce qui reste néammoins limité.

On a observé en mer au large de l'étang de Mateille, des exsurgences de la masse d'eau de la Clape dont le débit reste cependant faible (de 1 à 3l/s). ➡︎ Les sources du Massif de la Clape

Dans leur partie centrale, la profondeur de ces étangs atteint 7m.

Les épaves de Mateille.

Les épaves de Mateille
Les épaves de Mateille

Situées dans la partie Sud de l'étang actuel entre 500 m et 1 km du rivage actuel entre le débouché de l'Oeil de Pal et le chenal de la ZAC, les épaves de Mateille (Mateille A et B) découvertes à une profondeur de 5 à 6 mètres, s'inscrivent dans une zone plus large englobant Gruissan (Grazel, Grand Bassin,...). Elles sont la preuve d'une activité portuaire importante à l'époque romaine (→ habitat du Bouis et habitat de Tintaine le Haut voie de navigation vers Narbonne, ...) et mettent en évidence l'ancien rivage.
Les deux épaves A et B sont datées respectivement du Ve et Ie de n. è.

Les objets trouvés sont exposés au Musée Archéologique de Narbonne.

La flore des étangs.

Trajectoire du soleil et zones d'ensoleillement: étang de Mateille Trajectoire du soleil et zones d'ensoleillement: étang de Mateille

La végétation est organisée en ceintures. Cette zonation est en relation avec le degré de salinité du sol.

Le biotope de l'étang et des dunes de Mateille est protégé du fait de la présence d'espèces végétales déterminantes et remarquables:

Espèces protégées
  • Echinophore épineuse | Echinophora spinosa L., 1753
  • Panicaut des dunes | Eryngium maritimum L., 1753
  • Statice fausse-vipérine | Limonium echioides (L.) Mill., 1768
  • Statice raide | Limonium virgatum (Willd.) Fourr., 1869
Espèces remarquables
  • Euphorbe péplis | Euphorbia peplis L., 1753
  • Chlore imperfoliée: | Blackstonia imperfoliata (L.f.) Samp., 1913
  • Grand statice | Limoniastrum monopetalum (L.) Boiss., 1848
  • Statice à feuilles de lychnis | Limonium auriculiursifolium(Pourr.) Druce, 1928
  • Statice à feuilles de pâquerette | Limonium bellidifolium(Gouan) Dumort., 1827
  • Statice de Provence | Limonium cuspidatum(Delort) Erben, 1978
  • Statice fausse-férule | Myriolimon ferulaceum (L.) Lledó,Erben & M.B.Crespo, 2005
  • Statice de Girard | Limonium girardianum(Guss.) Fourr., 1869
  • Statice de Le Grand | Limonium legrandii (Gaut.& Timb.-Lagr.) Erben, 1978
  • Troscart maritime | Triglochin maritimum L., 1753

Les algues des étangs

Etang des Ayguades:
Ombrelle de Vénus | Acetabularia acetabulum (Linnaeus) Silva, 1952

La faune des étangs

Les oiseaux

Les poissons

Au niveau du pont, on peut observer des bancs de dorades, orphies et autres poissons qui se regroupent à la faveur du fort courant généré par le retrécissement de l'arche.

Orphie, Aiguille de mer | Belone belone Linnaeus, 1761
Les Libellules

Les étangs forment un habitat propice pour les libellules que l'on peut observer en particulier pendant les mois d'été sur la digue.

Le Lézard ocellé | Timon lepidus

Caractéristique des milieux méditerranéens, le Lézard ocellé est une espèce menacé. C'est le plus grand lézard de France reconnaissable à sa robe d'écailles noires et jaunes sur le dos et ses ocelles bleus sur les flancs.